Les chaussures

Les chaussures.

Une fois n’est pas coutume je vais raconter une histoire qui est arrivée à mon copain d’enfance Serge M.

Nous étions dans la même classe et sa sœur ainée, une jeune et très jolie jeune fille de 18 ans, nous faisait parfois le catéchisme le jeudi.

Nous avions tous un correspondant Congolais. Celui de Serge s’appelait Jean-Claude M. , le mien Dieudonné M. et ils habitaient dans le quartier de Poto Poto à Brazzavile.

Les dames du catéchisme avaient décidé de mettre en place une action humanitaire pour aider les petits noirs d’Afrique et nous apprendre le partage des richesses. Nous devions acheter des chaussures neuves pour les envoyer à nos correspondants.

Histoire banale me direz-vous mais c’est mais l’épilogue qui s’est produit 20 ans plus tard qui est intéressant.

Un soir,  Serge M. vit une grosse berline s’arrêter devant chez lui à Saint-Joachim et un noir très smart dans son costume cravate en sortit.

« Monsieur Serge M. , je me présente Jean-Claude M. nous correspondions durant les années 1961 à 1963 et je m’étais promis lors d’un voyage en France de vous retrouver .»

Surpris Serge et sa femme l’invitèrent à entrer et c’est avec une grande joie qu’ils parlèrent de leur parcours respectif.  Serge avait navigué sur le France à la Compagnie Générale Transatlantique puis avait ouvert, avec sa femme, une petite épicerie.  Jean-Claude, appartenant à une des importantes familles de Brazzaville, avait repris la très grosse exploitation forestière de son père et il venait signer des contrats importants en France.
On parla famille, projets, comme deux amis qui s’étaient enfin retrouvés.

Jean-Claude invita ses hôtes à diner dans un restaurant. Ils se retrouvèrent bientôt attablés dans celui du très célèbre hôtel l’Hermitage, un des plus chics de La Baule.
Au début ils étaient un peu gênés de tant de luxe et de faste mais la gentillesse et la prévenance de Jean-Claude leur firent rapidement oublier le cadre.  Serge et sa femme
passèrent là une très agréable soirée.

A la fin du diner Jean-Claude redevint très sérieux et dit à Serge :

« J’ai quelque chose  à te demander… Cela me turlupine depuis de nombreuses années et je suis venu aussi pour avoir une réponse »

« Dit-moi ce qui te tracasse ?» répondit Serge

« Pourquoi  m’envoyais-tu des chaussures ? »

Publicités
Cet article a été publié dans Enfance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s