La vieille bretonne (Nantes 1943)

A onze ans il entra comme apprenti chez son oncle qui tenait une boucherie à Saint-Nazaire. Là, il rencontra ma mère qui travaillait comme servante. Ils se plurent et se marièrent. En 1936, ils vécurent la montée du front populaire. Ma mère a toujours eu de l’admiration pour Léon Blum. En 1937 naissait Louis.

Puis vint la mobilisation de 1939. Mon père parti à la guerre, elle fut embauchée dans une usine d’armement à Nantes où elle usina des obus sur un tour. Elle habitait alors sur le  Quai d’Orléans au n°13.

Elle racontait volontiers sa guerre et notamment cette petite histoire :

 

Une vieille Bretonne avait été arrêtée par les allemands à Nantes. Elle les avait toisés, nargués avec toute la fierté des femmes de notre région. Pour la punir, ils lui intimèrent de tourner dans la cour de la Kommandantur en criant : « Vive le Führer!»  Elle s’exécuta et en fit le tour, plutôt de bonne grâce, en levant le bras et criant en breton de toutes ses forces « xxxxxxxx! »

Les soldats en faction et quelques officiers à la fenêtre riaient, contents de voir ce spectacle insolite. Mais ce qu’ils ignoraient c’est qu’en fait elle disait:  « Met ton doigt dans mon derrière! Met ton doigt dans mon derrière…»

LaVieilleBretonne

Publicités
Cet article a été publié dans Enfance, Mes parents. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.