Le quartier de Penhoët

L’usine Le Polystyrène a fermé, mon père trouva un emploi aux Fonderies de Saint-Nazaire à Penhoët. Probablement pour éviter des frais de transport trop importants nous déménageâmes à Penhoët au Pré Gras.

Le quartier de Penhoët

C’était le quartier populaire  par excellence, habité essentiellement par des ouvriers du Chantier naval et de Sud-Aviation les deux plus gros pourvoyeurs de travail de Saint-Nazaire.

Le chantier naval (1) « Les Chantiers de l’Atlantique », créé en 1955 par la fusion des Ateliers et Chantiers de la Loire et des Chantiers de Penhoët, construisait à cette époque  l’escorteur rapide Le Bourguignon et le pétrolier  Esmeralda. Il employait près de 10000 personnes et lors de la débauche, au coup de corne,  une masse, une nuée de piétons et de cyclistes se ruait dans les rues de Penhoët.

La concentration des cafés (2) Rue des Chantiers, avenue de Penhoët et rue de Trignac était considérable. Ils  étaient touche à touche. On n’en comptait pas moins d’une centaine.

 Les verres étaient alignés sur le comptoir. Les gars entraient, en quelques secondes buvaient un, deux voire trois verres d’affilée et couraient prendre leur car. Ils payaient à la quinzaine et ponctionnaient ainsi une partie de leur paie, en espèces, remise de main en main avec le bulletin de paie. Lorsque l’état a imposé le versement des salaires dans des comptes bancaires, dans les années soixante, nombre de femmes découvrirent ainsi le salaire réel de leur mari.

Pour faire venir la main-d’œuvre de la Brière, de la presqu’île guérandaise des cars étaient mis à la disposition des ouvriers. C’était l’un des leurs, moyennant un petit pécule, qui les conduisait. Et c’était un long défilé de cars vert, les cars de la Brière,  bondés et pressés qui remontaient la rue Albert Thomas et laissaient derrière eux une fumée bleue et âcre.

Avenue de Penhoët il y avait « Les Fonderies de Saint-Nazaire » (3) où travaillait mon père.

Le sulfureux Pauvre Diable (4) où les américains passaient des soirées coquines. Je ne l’ai pas connu en exploitation. A cette époque c’était une ruine.

La place du  marché de Penhoët où le mercredi et le samedi de nombreux marchands faisaient des affaires. J’aimais particulièrement écouter les camelots débiter leurs boniments.

On y trouve encore de magnifiques halles (5), datant de 1877 et rappelant les halles de Baltard. Elles étaient situées dans le centre ville du Second Empire avant d’être démontées et réinstallées à Penhoët, en 1936. C’est le plus ancien édifice public de Saint-Nazaire encore utilisé.

Les bains douches municipaux (6) qui fonctionnaient surtout avec la cité du Pré gras (7) car les bungalows étaient dépourvus de salle de bain.

Les premiers logements de cette cité furent ceux des ouvriers écossais venus avec John Scott en 1862 pour implanter un chantier naval à Penhoët.

Juste après la guerre, dès 1945, on y installa des bungalows dans l’attente de la reconstruction de la ville anéantie par les bombardements. Un provisoire qui perdura jusqu’en 1970.

Une antenne pour le poste à galèneNotre bungalow

Chaque  bungalow était séparé par le milieu en deux appartements avec une  porte d’entrée sur les pignons. Pas de salle de bain, les toilettes étaient dans la cour. Le nôtre (8) portait le n°1033B.

Notre impasse (9) était bordée à gauche et à droite de bungalows posés dans leur longueur, à droite deux maisons Scott (10) avaient perdurées. Elle se terminait sur un terrain vague (11), notre aire de jeu favorite, bordé par un ancien terrain militaire allemand (12)  que nous appelions «La côte » avec des casemates recouvertes de végétation, derrière celui-ci le chantier naval.

Publicités
Cet article a été publié dans Enfance, Le décor. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.