Le monument américain – Les Fêtes Franco-américaines – Samedi 26 juin 1926

Info : Un grand merci aux auditeurs, pour l’intérêt qu’ils ont montré, et à la Médiathèque Barbara de Montoir-de Bretagne, pour son accueil et l’organisation de mon exposé sur le monument américain du 20 mai dernier. Un de mes maîtres répétait « Si tu veux vraiment connaître un sujet… enseigne-le ! ». Je vérifie alors la justesse de son propos lors de ces rencontres avec mes lecteurs.
Articles connexes :
Le monument américain – La genèse
Le monument américain – Premières critiques
Le monument américain – L’accomplissement
Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – L’organisation
Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – Les Nazairiens se mobilisent
Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – Les escadres
Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – En marge des fêtes
Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – Veille de fêtes – Autour des escadres
Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – Vendredi 25 juin
Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – Vendredi 25 juin – Voyage des personnalités vers Saint-Nazaire
Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – Les protagonistes

Le monument américain – Les Fêtes Franco-américaines – Samedi 26 juin 1926

La journée au fil des heures *

6 h 24 : arrivée en gare de Saint-Nazaire des personnalités américaines par train spécial.**
8 heures : salves d’artillerie.
8 h 30 : départ des ministres de Nantes, en automobile, pour Saint-Nazaire.
9 heures : place de la Gare, rassemblement des délégations américaines et françaises.
9 h 30 (10 h 00) (10 h 30) *** : arrivée des ministres à Saint-Nazaire. Réception des personnalités officielles à la sous-préfecture de Saint-Nazaire. (Le général Pershing et l’ambassadeur des Etats-Unis arrivèrent vers 11 heures).
Défilé des délégations américaines et françaises.
Dépose de gerbes aux monuments aux morts pour la Patrie.
10 heures (10 h 30) (≈12 h 00) *** : inauguration du monument américain, présidé par MM. les ministres de la Marine, des Travaux Publics, de M. l’ambassadeur des États-Unis, des autorités civiles et militaires du département de la Loire-Inférieure et de la Ville, avec le concours de la Musique des Équipages de la Flotte, des sociétés musicales et chorales de la Ville.
12 heures (12 h 30) ( ?) *** : grand banquet officiel (aux Chantiers de Penhoët, 400 couverts) offert par la municipalité et la Chambre de commerce.
15 heures : séance solennelle à la Chambre de Commerce et visite du Port.
15 h 30, au jardin public : grand concert artistique par la Musique des Équipages de la Flotte.
18 heures : tournoi de water-polo entre la société des Goélands nazairiens et les marins des escadres.
18 heures : départ pour La Baule des ministres.
19 heures : dîner intime à la Baule (100 couverts), grande salle du Casino.
20 heures : départ de la Baule, pour Nantes (en automobile).
21 heures, au bassin du port de Saint-Nazaire : grande fête vénitienne avec le concours des marins des escadres américaine et française ; feux nautiques ; cortège lumineux ; illuminations générales de la ville.
22 heures : au Grand Hôtel, grand bal sur invitation avec le concours du Club des Treize ; au quai Demange, bal populaire (salle des fêtes des entrepôts de la Chambre de commerce).
23 h 28 : départ de Nantes-Orléans pour Paris des ministres.
7 h 10 : le dimanche 27 juin, arrivée à Paris des ministres.

* Durant le municipe de M. Vivant-Lacour, en 1924, lors de l’inauguration monument aux Morts pour la patrie, des services religieux en musique ont été célébrés dans les diverses églises et au temple protestant. Pour les fêtes américaines on assiste à une rupture avec cette pratique. Aucune cérémonie religieuse n’est prévue.
** Voir article « Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – Vendredi 25 juin – Voyage des personnalités vers Saint-Nazaire »
*** [Horaire prévu, (horaire prévu des ministres), (horaire réel)]. Dès le départ, une confusion existait sur les horaires des fêtes et ceux des ministres ; on note un décalage d’une demi-heure.

Rassemblement des délégations américaines et françaises

Pour toutes les sociétés le rendez-vous avait été donné dans la cour de la gare à 9 heures. On vit d’abord arriver la compagnie de débarquement du cuirassé Voltaire; puis les sections des torpilleurs* et des sous-marins**.
La musique des Équipages, quant à elle, stationnait place de la gare.
Sous les acclamations de la foule, les fusiliers-marins de Lorient, avec à leur tête le capitaine de frégate Toussaint Bonelli, firent leur entrée.
Le détachement de l’American Legion, avec l’étendard des États-Unis, et le drapeau de la Legion, dont la soie violette est frangée d’or, est l’objet de tous les regards.
La musique de Montlouis, tous en uniforme, fit son entrée suivie des fusiliers marins américains, (casquette blanche, dolman bleu sombre, pantalon bleu à rayures rouges) accompagnés des marins du croiseur Memphis et des destroyers américains***.
Les enfants des écoles de Saint-Nazaire sont présents, avec des gerbes de fleurs et des fanions ainsi que l’Union des combattants de Saint-Nazaire et de Montoir-de-Bretagne ; le Bastion ; les Vétérans ; les sociétés de Secours Mutuels ; les Frères d’Armes ; les Mutilés et Réformés ; les Médaillés Militaires de Saint-Nazaire et de La Baule.
Pendant plus d’une heure et demie tout ce petit monde poireautera debout et enfin, vers 10 h 30, les voitures officielles apparurent par la rue Henri Gautier* et se dirigèrent vers la sous-préfecture où les officiels attendront l’arrivée du défilé. Alors, l’ordre du départ fut donné par M. Bodinier, représentant désigné des anciens combattants.

* Delage, de la Touche, Vesco.
** Dupuy-de-Lôme. Gustave-Zédé, Schillemans, Carissan, Jean-Corre, Daphné, Hermione et Bellone.
*** Preston, Lamson, Ausbrun et Osborn

À la sous-préfecture

Le portail de la sous-préfecture était largement ouvert. Des automobiles s’arrêtaient, repartaient déversant leur flot de délégations et d’invités.
À 9 h 30, heure fixée sur le programme, la cour d’honneur était bondée. Des uniformes, des jaquettes, des vêtements de ville, ces derniers étaient majoritaires, se côtoyaient, selon un chroniqueur, dans un singulier laisser-aller. On se serre les mains, on se complimente. Comme à la gare, eux aussi poireautaient. Il faudra attendre 10 h 30 pour voir s’annoncer les autos officielles en provenance de Nantes.
De la première, l’auto préfectorale, descendirent. M. Leygues, ministre de la Marine ; M. Daniel-Vincent, ministre des Travaux Publics ; M. Mathivet, préfet de la Loire-Inférieure*, et M. Hédin**, chef de cabinet et représentant de M. Aristide Briand.
L’accueil selon les chroniqueurs fut froid, extrêmement froid, la foule ne manifesta aucun enthousiasme. Mais lorsque le général Gouraud*** descendit de l’auto militaire au bras du général Spire, commandant la XIe Région, des acclamations s’élevèrent et se poursuivirent tout le temps de la montée des marches du perron, toujours au bras du général Spire, entre deux haies de curieux.

* M. Mathivet (Paul-Léonard-Constant) est né le 31 octobre 1873, à Paris. Il est licencié en droit et licencié ès lettres (novembre 1891 – février 1893).
Il débute comme fonctionnaire colonial : septembre 1891 à juin 1892, écrivain à la direction de l’intérieur de la Guadeloupe. Secrétaire particulier du directeur de l’intérieur de juillet 1892 à février 1893, même situation à la Martinique. Gouverneur par intérim.
Le 13 septembre 1897 est nommé sous-préfet de Calvi ; le 31 décembre 1899, secrétaire général des Basses-Alpes ; le 18 novembre 1901, secrétaire général de la Haute-Marne ; le 15 février 1904, il est élevé à la 2e classe personnelle à dater du 1er mars 1904 ; le 30 juillet 1906, il est nommé sous-préfet de Saint-Dié ; le 23 mai 1911, sous-préfet de 1re classe à Montbrison et le 25 novembre de la même année, sous-préfet de Dieppe.
Le 2 août 1914, il est appelé sous les drapeaux. Il fait la campagne. Le 30 octobre 1917, il est nommé préfet du Morbihan, mais est maintenu sous les drapeaux. Le 2 février 1918, il est nommé préfet de la Haute-Loire mais est maintenu sous les drapeaux. Le 13 août de la même année, il est appelé à la préfecture de l’Allier mais est encore maintenu sous les drapeaux. Le 15 octobre 1918, il est désigné pour la préfecture de l’Ain, mais est toujours maintenu sous les drapeaux. Enfin, à la démobilisation, le 10 novembre 1918, il est nommé préfet des Ardennes. Le 5 août 1919 est nommé préfet d’Oran. Le 22 octobre 1920, préfet de la Dordogne (non installé). Enfin, le 26 octobre 1920, préfet de la Charente-Inférieure. Le 2 août 1921, M. Mathivet est fait chevalier de la Légion d’honneur. Le 1er novembre 1924 (date journal officiel), préfet de la Loire-Inférieure.
** Le père de M. Hédin, marchand de vieux métaux, était installé rue du Parc à l’Eau vers 1886. Il fut conseiller municipal de Saint-Nazaire, et collaborateur de M. Aristide Briand, alors directeur de la « Démocratie de l’Ouest ».
*** Le septennat de M. Gaston Doumergue a été marqué par une forte instabilité ministérielle. Pas moins de quinze gouvernements vont se succéder entre 13 juin 1924 et le 13 juin 1931.
Le 15 juin 1926, le cabinet de M. Briand a démissionné. Le 20 juin un nouveau cabinet sous la présidence de M. Briand s’était reformé. Cette valse des gouvernements peut expliquer ce manque d’enthousiasme de la foule. Voir article : Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – En marge des fêtes.
**** Le général Gouraud.

Le général Pershing et l’ambassadeur des Etats-Unis, arrivés tous les deux par train spécial ce même matin à 6 h 30*, se firent attendre. Ils arrivèrent enfin vers 11 heures, salués « d’une ovation chaleureuse et spontanée ».

* Voir article « Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – Vendredi 25 juin – Voyage des personnalités vers Saint-Nazaire »

Les présentations furent faites au cours de la réception avec quelques paroles de bienvenue. Le général Gouraud et le général Pershing se serrèrent la main avec « effusion et affection ».

 

Les personnalités à la sous-préfecture. Crédit Photo : Famille Du Bois.

 

Gauche à droite : non identifié ; le général Gouraud ; Mrs Gertrude Whitney ; M. Daniel-Vincent, ministre des Travaux Publics; M. Leygues, ministre de la Marine ; M. Myron T. Herrick, ambassadeur des États-Unis à Paris, Général Pershing, commandant en chef américain. Crédit photo BNF – Gallica

 


Anciens combattants américains– Collection Michel-C Mahé

 

Le défilé – Le dépôt de gerbe au monument aux Morts pour la Patrie

Bientôt on entendit les accents entraînants d’une marche militaire, c’est le cortège des délégations qui s’était formé à la gare qui arrive. Il défila devant les officiels, devant Gouraud souriant, Pershing raide, successivement passèrent la Musique de Montlouis, la Musique de la flotte, les compagnies de débarquement des équipages de la flotte, le drapeau « of the American Legion », avec huit soldats en tenue de campagne, les veuves de guerre, les enfants des écoles et les pupilles de la nation, l’Harmonie Marceau et la Schola Cantorum.

Les officiels prirent place dans le cortège. Il y eut alors une certaine confusion, les forces de police étaient insuffisantes pour contenir la foule et l’on vit le sous-préfet, M. Butterlin, faire la police à côté du commissaire M. Allain.
Devant le monument aux Morts, les Pupilles de la Nation se détachèrent du cortège, ainsi que des Anciens Combattants américains. Ils déposèrent des gerbes de fleurs et des palmes cravatées aux couleurs américaines, près de celles déjà déposées le matin même par le général Pershing.
Le cortège reprit sa marche et arriva devant le monument. Alors on entendit une formidable acclamation de la foule réunissant les seuls noms de Gouraud et de Pershing dans un même témoignage d’admiration. Elle toucha profondément les nombreux anciens combattants. Quelques-uns furent submergés par l’émotion.

Modifications :
04/07/2017 Ajout photo des anciens combattants américains
05/07/2017 Ajout note de bas de page, paragraphe « La journée au fil des heures » : « * Durant le municipe de M. Vivant-Lacour, en 1924… »

Publicités
Cet article, publié dans Histoire de Saint-Nazaire, Le monument américain, Saint-Nazaire entre 1920-1938, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Le monument américain – Les Fêtes Franco-américaines – Samedi 26 juin 1926

  1. Ping : Le monument américain – Les Fêtes Franco-américaines – Samedi 26 juin 1926 – L’inauguration | Souvenirs

  2. Ping : Le monument américain – Les Fêtes Franco-américaines – Samedi 26 juin 1926 – Le banquet | Souvenirs

  3. Ping : Le monument américain – Les Fêtes Franco-américaines – Samedi 26 juin 1926 – À la Chambre de Commerce | Souvenirs

  4. Ping : Le monument américain – Les Fêtes Franco-américaines – Samedi 26 juin 1926 –  La soirée des ministres à La Baule | Souvenirs

  5. Ping : Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – L’affaire des anarchistes | Souvenirs

  6. Ping : Le monument américain – Les Fêtes Franco-Américaines – Le Vélo-Club Nazairien | Souvenirs

  7. Ping : Le Vélo-Sport Prézégat en 1926 | Souvenirs

  8. Ping : Le monument américain – Les Fêtes franco-américaines – La course cycliste internationale | Souvenirs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.